AGENDA

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

.

Articles et émissions concernant ce livre :

.
19 octobre 2019, sur FR3 Bourgogne, reportage de Sylvain Bouillot "Retour sur l’affaire Saint-Aubin" diffusé dans les Journaux télévisés de 12h/13h et 19h/20h.

.

16 octobre 2019, Sur le Site 7 Jours à Clermont, article de Marc François : "Denis Langlois dans les méandres de l’Affaire Saint-Aubin".

.

12 octobre 2019, sur le Site Village de la Justice, article de Marie Depay : "Nouvelle parution : L’Affaire Saint-Aubin".

.

7 octobre 2019, sur la radio RCF en Bourgogne, l’Affaire Saint-Aubin, interview de Denis Langlois par Christophe Lapostolle (Émission C Le Mag).
Pour écouter.

.

2 octobre 2019, de 20 h à 21 h, l’émission "L’Heure du crime" de Jacques Pradel sur RTL est consacrée à l’Affaire Saint-Aubin. Intervenants : Denis Langlois, Patrick Meney et François Saint-Aubin.
*Pour écouter.

28 septembre 2019

L’Affaire Saint-Aubin étant étroitement liée à Dijon, Denis Langlois dédicacera son livre le samedi 28 septembre 2019, à partir de 16 heures, à la Librairie Grangier, 14 rue du Château, à Dijon.

26 septembre 2019, article de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public (Dijon) : "Affaire Saint-Aubin : un demi-siècle et toujours pas de vérité."

Autre article, le 27 septembre 2019, de Anne-Françoise Bailly dans Le Bien Public : "Il faut donner le nom d’une rue à Andrée Saint-Aubin !"

.

25 mai 2019 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (Éditions de La Différence) de Denis Langlois est à nouveau disponible en librairie.

.

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de Panagoulis, le sang de la Grèce
de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

_

Mai 2019, dans Le Monde diplomatique, article de Laurent Bonelli sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

28 février 2019, dans Le Petit Journal d’Athènes : "Panagoulis, un héros toujours présent", interview de Denis Langlois par Aurore Le Perff.

Ce texte a été repris le 1er mars 2019 par Defend Democraty Press.

.

Février 2019, article de Gilles Vergnon dans L’OURS (Office universitaire de recherche socialiste) : "68 : Panagoulis, face aux colonels".

.

Janvier 2019, note de lecture de Christophe Chiclet dans "Confluences Méditerranée" sur "Panagoulis, le sang de la Grèce".

.

Le 19 décembre 2018, article de Magdalini Varoucha sur GreceHebdo : "Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque".

.

Le 16 novembre 2018 : Panagoulis : les pages de l’Histoire avec Denis Langlois, article de Marc François dans "7 Jours à Clermont".

.

Le 31 octobre 2018, article dans le journal grec "Rodiaki" : Un Français écrit à propos d’Alekos Panagoulis.

.

Le 2 octobre 2018, Denis Langlois est l’invité sur France-Inter de l’émission "Affaires sensibles" de Fabrice Drouelle : Les colonels grecs : un printemps perdu et 7 ans de malheur.

.

30 MAI 2018

VÉRITÉ HISTORIQUE ET VÉRITÉ JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE SEZNEC

"Libre-opinion" de Denis Langlois sur le Site CRIMINOCORPUS.

.

27 MAI 2018

Tribune de Denis Langlois dans LE JOURNAL DU DIMANCHE :

POUR LA VÉRITÉ DANS L’AFFAIRE SEZNEC.

.

8 MAI 2018

COMMENT PIERRE QUÉMENEUR A TROUVÉ LA MORT EN MAI 1923 À MORLAIX.

Pour la première fois, Denis Langlois donne connaissance de l’intégralité du témoignage que Petit-Guillaume Seznec, fils de Guillaume Seznec, a confié en janvier 1978 à son neveu Bernard Le Her. Une partie de ce témoignage a été publiée en 2015 dans le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" aujourd’hui provisoirement indisponible du fait de la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence.

L’essentiel de ce témoignage vient d’être confirmé le 6 mai 2018 sur "France 2" et dans "Le Télégramme" de Brest par deux des petits-fils de Guillaume Seznec : Jean-Yves et Gabriel Seznec.

13-15 avril 2018 ; Participation au Festival Le Livre à Metz dont le thème est "Libertés".

Les 13, 14 et 15 avril : Dédicaces sur le stand de la librairie Autour du Monde.

Le Dimanche 15 Avril de 13 h 30 à 14 h30
À l’Arsenal, Salle de l’Esplanade
LECTURE-DÉBAT sur MAI 68

Il y a 50 ans, les événements de Mai 68 secouaient la société, en France mais aussi dans nombre d’autres pays. Agitation temporaire ou profonds bouleversements ; à tous les niveaux et jusque dans les rapports hommes-femmes ou la relation au travail ? Que reste-t-il des idéaux de mai, cette "porte entrouverte" selon Léo Ferré ? Retour sur cette soif de libertés et sur nos facultés à nous révolter.

Lecture-débat avec Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018), Denis Langlois (Et si la révolution était possible ?, SCUP-La Déviation, 2018) et Yves Pagès (Encore heureux, L’Olivier, 2018)

Animée par Richard Bance.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

Le cachot

Récit

Couverture de la première édition

Denis Langlois raconte son emprisonnement comme objecteur de conscience en 1966 à Fresnes, plus spécialement son séjour au « mitard », la prison de la prison, pendant 45 jours, le maximum de la peine. La première édition de ce livre est parue en mai 1967 aux Éditions François Maspero (Cahiers libres 97).

Une seconde édition est parue en septembre 1982.

Un film réalisé par Michel Sibra en a été tiré en 1982-83.

.

De larges extraits de ce livre peuvent être lus gratuitement sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France

.

Quelques documents :

Photos anthropométriques de Denis Langlois (mai 1966).

.

Permis de communiquer avec Me Pierre Stibbe, avocat de Denis Langlois.

.

.

Dessin de la cellule du "mitard".

.

"Témoignage chrétien" du 23 juin 1966 (Jean-Paul Le Goff).

.

Poème écrit par Denis Langlois en prison. Par la suite, il sera mis en musique et chanté par Chantal Grimm.

.

Jugement du Tribunal permanent des Forces Armées de Paris, le 9 décembre 1966.

.

Le 3 février 1967, Me Pierre Stibbe meurt d’une crise cardiaque en plaidant devant la Cour d’assises d’Amiens. (Le Figaro du 4-5 février 1967). Denis Langlois lui dédiera "Le Cachot".

.

Maître Pierre Stibbe.

.

Annonce de la publication du livre dans "Le Figaro littéraire" , 8 mai 1967.

.

Article de Jean-Louis Gérard dans "Le Monde Libertaire" du 10 mai 1967.

.

"France-Soir", 6 juillet 1967, article de Roger Giron.

.

Article de Casamayor dans la revue "Esprit", juillet 1967.

.

Article de Jean-Marc Théolleyre dans "Le Monde" du 20 avril 1968.

.

- 

En février 1967, Denis Langlois, titulaire de la Licence en droit et du Certificat d’aptitude à la profession d’avocat, demande son inscription au Barreau de Paris. Le 18 avril 1967, le Conseil de l’Ordre rejette sa demande, en considérant que son refus d’effectuer son service militaire est un comportement incompatible avec la profession d’avocat.

.

.

Article de Jérôme Gauthier dans "Le Canard enchaîné" du 9 août 1967.

.

Lettre de Jérôme Gauthier, 29 août 1967.

.

Mai 68 éclate. Des avocats et des étudiants en droit (qui constitueront le Mouvement d’Action Judiciaire) se saisissent du cas de Denis Langlois et manifestent en sa faveur au Palais de justice de Paris. Le Bâtonnier Claude Lussan est interpellé.
Directement mis en cause, le Conseil de l’Ordre fait marche arrière et, dans la précipitation, admet Denis Langlois au barreau.

Les Postes commençant à être perturbées, c’est un motard de la gendarmerie qui lui apporte le 7 mai 1968 un pli lui annonçant qu’il prêtera serment le lendemain, 8 mai 1968, devant la Cour d’Appel de Paris. La procédure habituelle d’admission est pour lui accélérée.

Denis Langlois sera avocat jusqu’en 1993.


En septembre 1982, François Maspero publie une nouvelle édition du "Cachot" (Cahiers libres 370).


.

Article de Claude Charvet dans "Lutte ouvrière" du 25 septembre 1982.

.

"La Voix du Nord" du 26 septembre 1982 (Article de René Rodrigo).

.

Article de Michel Auvray dans "Agora" de décembre 1982.

.

"Le Monde Diplomatique", décembre 1982 (Article de Maurice T. Maschino).

.

Article de Louis-Albert Zbinden dans "La Tribune de Genève" du 15 décembre 1982.

.

Revue "Après-demain" de janvier 1983 (Article de Jacqueline Segal).

.

- 

En 1982, le réalisateur de cinéma Michel Sibra adapte "Le Cachot". Le film, court-métrage de 36 minutes, est diffusé en janvier 1983 sur Antenne 2 et présenté dans plusieurs festivals.

.

Extrait du scénario de Michel Sibra.

.

Annonce du film dans "Télérama" du 26 janvier 1983 (Article de Vincent Tolédano).

.

Photos extraites du film :

.

Éric Marion.

.

Féodor Atkine et Éric Marion.

.

Jean Champion et Eric Marion. (Les autres acteurs du film sont Lydia Rozenberg, Marcelle-Jeanne Bretonnière et Eric Meteyer. Le directeur de la photographie est Bruno de Keyser. Son : Stephan Lioret. Assistante-réalisatrice : Marie-Florence Roncayolo. Décors : Jacques Rouxel et Didier Haudepin.)

- 
.

Témoignage au procès de Jean Fabre devant le Tribunal des forces armées de Paris, le 27 novembre 1979 (Extrait du livre "Procès d’un insoumis" de Jean Fabre).

.

1989. Jean-Jacques de Felice et Denis Langlois, deux avocats objecteurs de conscience et défenseurs des objecteurs de conscience.

.

Blog Genepi Nancy, 17 mars 2011.

« Le cachot » de Denis LANGLOIS (août 1982)

L’auteur

Refusant d’exécuter son service militaire, Denis LANGLOIS est emprisonné en 1965. A sa sortie, il devient avocat au barreau de Paris (1968 à 1993) ainsi que conseiller juridique à la Ligue des Droits de l’Homme (1967 à 1971). Il est l’auteur d’une vingtaine de livres dont « Les Dossiers noirs de la police et de la justice françaises », « Panagoulis », « Le sang de la Grèce », « Le guide du citoyen face à la police ».

4ème de couverture

Denis Langlois a écrit Le Cachot en 1966, à Fresnes, où il était détenu comme objecteur de conscience. Il raconte quarante-cinq jours de ‘‘mitard’’ : quarante-cinq jours de solitude, sans meubles, et avec un repas tous les deux jours.
Ce livre, c’est d’abord le récit d’une lutte constante pour garder son intégrité. Mais, au travers, se dessine aussi une description rigoureuse de l’univers carcéral, qui garde toute son actualité : si les quartiers de haute sécurité ont été supprimés, les mitards existent toujours. Par ailleurs, les effets psychologiques de la ‘‘punition’’ par isolement que rapporte Denis Langlois ont donné lieu à des études systématiques des professionnels de la destruction des personnalités. Ces études, depuis, ont conduit aux sinistres pratiques de ‘‘privation sensorielle’’.
Autre atteinte aux libertés individuelles : le refus de l’objection de conscience, également toujours actuel, puisque les aménagements passés ou à venir du statut d’objecteur paraissent loin de satisfaire les exigences de ceux qui le revendiquent.

Mon avis

Ce livre fait la description de la cellule disciplinaire, appelée ‘mitard’ dans l’argot pénitentiaire dont l’auteur dénonce la violence et le paradoxe qu’engendre le mitard et de façon plus large la prison : « il est vrai que ce sont les premières heures qui sont les plus pénibles. Un homme qui, par erreur, passe une nuit en prison en garde toute sa vie un souvenir horrifié. Celui qui y reste trois ou quatre ans n’en est plus là. Il a fini par s’habituer. »

Par là, il interroge le lecteur sur la réponse apportée par la société pour ‘’punir’’ le délinquant et sur le sens de la peine d’emprisonnement : « les juges ne sont guère perspicaces. Ils n’ont pas encore compris cette évidence. Ils fabriquent à la chaîne des repris de justice, de ces hommes qui passeront le plus clair de leur vie en prison, parce qu’ils ont appris à ne plus la redouter. »

En résumé, pour Denis Langlois, : « de cette rencontre avec la prison, il m’est resté quelque chose de plus profond que les mots : un dégoût de l’injustice, de la connerie brute des hommes. »

La prison est une sanction prononcée par la justice mais c’est également un espace de non-droit et d’injustice.

.

Blog Bruno desBaumettes, 25 août 2014.

.


.

En 2010, François Cerutti publie aux éditions Spartacus "D’Alger à Mai 1968, mes années de révolution". Il y fait le récit d’une vie militante particulièrement bien remplie.
Sa conclusion : "Quand j’étais jeune, j’étais convaincu que la révolution était possible de mon vivant, j’en suis moins sûr aujourd’hui. Néanmoins, la nécessité de changer ce monde me semble de plus en plus évidente et urgente."
En 1966, il a notamment été emprisonné à Montlhéry puis à Fresnes pour insoumission. Parmi d’autres détenus, il a rencontré Denis Langlois.

Extraits :


.

.
Le 19 juin 2019, le blog Vivement l’école ! (Blog consacré principalement à l’éducation, la pédagogie, mais aussi à la politique, à l’art, à la musique) publie un Coup de coeur de Christophe : Denis Langlois, objecteur de conscience.

.
.
.

- 

Articles divers concernant l’objection de conscience.


"Objections", novembre 1983. Extraits d’une interview de Michel Auvray, auteur du livre "Objecteurs, insoumis, déserteurs" (éditions Stock).

.

"Union pacifiste", février 1986, numéro spécial "Insoumission, objection".

.


Article de Denis Langlois paru dans "Union pacifiste" de novembre 1987.

.

"Urgences pacifistes", septembre 1992.

Voir aussi :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971)

*Les Dossiers noirs de la justice française

.

Il est possible de donner son avis ou de contacter Denis Langlois en se rendant à la rubrique Nous écrire.

.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire