AGENDA

20 janvier 2022 : Parution de La Politique expliquée aux enfants de Denis Langlois, illustrée par Plantu. (Editions La Déviation)
Édition spéciale 1983-2022.

Les 21 et 22 Mai 2022, Denis Langlois sera au Salon du Livre Jeunesse de Cournon (Puy-de-Dôme).

Avril 2021. "Le Voyage de Nerval" (Gérard de Nerval au Liban), récit de Denis Langlois, est paru le 15 avril 2021 aux éditions de La Déviation.

.

Mai 2020 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (La Différence) de Denis Langlois (avec un cahier-photos de 16 pages) à nouveau disponible en librairie.

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de "Panagoulis, le sang de la Grèce" de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

L’aboyeuse de Djibouti

Roman

> Vous pouvez commander ce livre sur le site de la Librairie indépendante et militante de Caudebec-en-Caux La Déviation !

Comment survivre dans les rues de Djibouti quand on est une jeune somalienne, orpheline de guerre, réfugiée, contrainte à fuir sans cesse ? Amina se transforme en garçon et entre dans une petite bande de cireurs de chaussures. La vie coule sordide. Mais la violence rattrape toujours sa proie. Après bien des péripéties, Amina deviendra aboyeuse sur un bus. La seule fille à faire ce métier qui consiste à héler les clients et à en entasser le plus possible sur les banquettes. Un boulot de garçon, mais un moyen pour elle d’imposer sa féminité.

.

A deux reprises, Denis Langlois a eu l’occasion de présenter "L’Aboyeuse" en Afrique.

En janvier 2002, durant la manifestation "Lire en Fête à Djibouti", à laquelle participaient notamment les écrivains africains Ahmadou Kourouma (Côte-d’Ivoire), Nurrudin Farah (Somalie) et Abdourahman Wabéri (Djibouti), ainsi que le professeur Jacques Chevrier, spécialiste des littératures d’Afrique.

.

.


Débat à Djibouti. Denis Langlois est le cinquième à partir de la gauche. Ahmadou Kourouma est à sa droite.

.

En décembre 2010, lors de la Fête Internationale du Livre de Saint-Louis-du-Sénégal.

.

.


Devant le fleuve Sénégal : Coudy Kane, Alpha Amadou Sy, Alioune Coulibaly, Denis Langlois et Chantal Dupuy-Dunier.

.

- 

.

Djibouti (janvier 2002)


Denis Langlois devant l’Ile du Diable de Djibouti.

.

.


Le canyon d’Adaïlé.

.


Deux écrivains djiboutiens, Denis Langlois et Antoine Marie Caminati, auteur du livre "Le Fossé D’Assal et le lac Abhé".

.

Canyon de Dimbya.

.


Accident près de Dikhil. Un camion-citerne s’est renversé, les habitants récupèrent l’essence avec des moyens de fortune en courant d’énormes risques.

.


Lac Assal.

.


Ahmadou Kourouma au lac Assal.

.

Cimetière maritime.

.


Côte djiboutienne vue de Tadjourah.

.


Monument élevé à la mémoire du magistrat français Bernard Borrel, retrouvé mort à cet endroit, à 80 kilomètres de la ville de Djibouti, le 19 octobre 1995. Suicide ou assassinat ?

.

- 

.

Critiques du livre

.


"Info magazine" (Marc François), 19 novembre 2001.

.


"L’Autre Afrique", 31 octobre 2001.

.


"Lutte ouvrière" (René Cyrille), 30 novembre 2001.

.


"Union pacifiste" (René Burget), janvier 2002.

.


"La Nation" (Djibouti), 25 février 2002.

.


"Critiques libres" (CC. RIDER), 14 octobre 2010.

.

« L’aboyeuse de Djibouti », une réalité ?

Imaginons cette scène quelque peu inhabituelle dans le centre-ville djiboutois : un Blanc s’engouffre dans un bus en partance pour Balbala. Une fillette, de treize ans tout au plus, l’invite à s’asseoir sur une planche de bois entre deux fauteuils. Il la dévisage lentement avant de poser son postérieur à l’endroit indiqué. Il observe un petit sourire qui passe inaperçu aux yeux de ce petit bout de femme malmené par le sort, rudement façonné par les épreuves de la vie. Puis, quand ce bus branlant et vétuste démarre dans un nuage de poussière, celle qui deviendra par la suite « L’aboyeuse de Djibouti » sous la plume de Denis Langlois, auteur d’un roman passionnant intitulé ainsi, monte elle aussi à bord, s’immobilisant à l’entrée. En apparence, elle aune allure très masculine. Un tee-shirt à fleurs jaunes et sans manches découvrant des avant-bras musclés. Un vieux pantalon usé couvert de boue ou de taches de sang.

Wakanaaaa.com, le site Web des Artistes de Djibouti, août 2013.

.

Je découvre l’auteur et aussi l’éditeur : Acoria éditions, on dirait un autre temps : mise en page peu soignée, largeur des lignes trop importante, police horrible... j’ai cru que ce serait un frein important à ma lecture mais que nenni : l’histoire, le style m’ont emportée très vite, pas de repos dans cette histoire qui bascule du passé au présent pour retracer l’histoire de cette jeune fille, orpheline de guerre, Amina elle s’appelle. Arrivée à Djibouti, elle vaque de petits boulot en petit boulot, préoccupée de rester entière, protégée, de conserver son corps sans que personne, sans qu’aucun homme ne "lui monte dessus". le style est très chouette, comme je l’aime : descriptions brèves, une alternance fluide de narration et de dialogues, pas de temps mort, pas d’attendu... oui, fort sympathique !

Lilicrapota, critique parue sur Babelio, 28 avril 2017.

.

Autres romans de Denis Langlois :

*La Maison de Marie Belland

*Le Déplacé (journal du Liban)

*La mort du Grand Meaulnes

*Un amour de Meaulnes

*Un Assassin très ordinaire

.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire