AGENDA

.

Dernier livre publié : "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (éditions de La Différence), février 2015.

.

Un Site spécialement consacré au livre a été ouvert : pour-en-finir-avec-l-affaire-seznec.fr.

- 

Mars 2016. Article "La langue de la République" dans le numéro 18 de la revue en ligne "Secousse" : "Défense de la langue française".

.

Juin 2016. Aphorismes publiés dans le numéro 19 de la revue en ligne "Secousse" : Cris dans le désert.

.

Archives Agenda (Dates précédentes)

.

- Précédent ouvrage :, "LA MAISON DE MARIE BELLAND", roman publié par les éditions de la Différence.

Précisions en cliquant Ici.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

La Montagne (15 mars 2012). Catherine David

SUR LES TRACES DU PASSÉ.

Avec son nouvel ouvrage, Denis Langlois revient sur une période de sa vie, qui le confronta aux atrocités de la guerre au Liban.

À travers ce récit, cet ancien avocat parisien, pacifiste, porte-parole de l’Appel des 75 contre la guerre du Golfe et qui vit en Auvergne depuis une dizaine d’années, a éprouvé le besoin de revenir, à l’heure où le Moyen-Orient est le théâtre de bouleversements considérables, sur une période de sa vie qui le confronta aux atrocités de la guerre tandis qu’il séjournait au Liban, pays en proie à un conflit qui devait durer quinze ans, de 1975 à 1990.

Quelques années après cette guerre, l’avocat se voit confier une étrange mission : partir à la recherche d’un certain Elias Kassem, Libanais chrétien dont les traces se perdent au lendemain du massacre par les Druzes de sa femme et de ses deux enfants, dans leur village niché dans les montagnes de Chouf. Cette quête tombe des mains du hasard à un moment où l’auteur, qui vient de perdre son père, éprouve un flottement dans son existence, une vie consacrée pour l’essentiel et vainement selon lui, à œuvrer pour le changement d’une société injuste, à parcourir le monde en ces points névralgiques où la civilisation finit toujours par sombrer dans la barbarie.

Ce récit simple, méticuleux et profond prend sa source « dans un journal que je tenais régulièrement, précise Denis Langlois. En tant qu’écrivain, je l’ai simplement construit de façon littéraire pour créer une progression et, si possible, un suspense ».
L’avocat retourne donc au Liban, après l’horreur, après l’inconcevable. « Comment un être humain peut-il tuer un autre être humain, son voisin, son ami ? », car comme au Rwanda en 1994, les tueries libanaises entre Druzes et Chrétiens se firent « en famille », pour ainsi dire. L’ombre toujours fuyante d’Elias Kassem devient pour l’avocat prétexte à se fuir soi-même, à se perdre, à satisfaire ce besoin « de descendre dans les bas-fonds de la conscience humaine, de comprendre la barbarie ».

« Le Déplacé » décrit bien cette descente, étrangement calme et lumineuse, au cœur de la monstruosité de l’homme. « J’ai perdu mes illusions mais je reste convaincu qu’il faut résister, qu’il faut « objecter » : ce terme me semble tout à fait juste » ajoute l’écrivain.

Catherine DAVID

- 
http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/2012/03/15/lecrivain-demeurant-dans-la-vallee-de-la-cronce-publie-un-nouvel-ouvrage-le-deplace-1118886.html



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire