AGENDA

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP publient une nouvelle édition complétée et illustrée de Panagoulis, le sang de la Grèce
de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

_

Le dimanche 11 novembre 2018, à 23 heures 35, et le dimanche 18 novembre, à 00h15, la chaîne de télévision Planète + rediffuse le film de 25 minutes "Alexandros Panagoulis, l’insoumis" de Jacques Malaterre et Jean-Yves Le Naour.

.

Le 16 novembre 2018 : Panagoulis : les pages de l’Histoire avec Denis Langlois, article de Marc François dans "7 Jours à Clermont".

.

Le 31 octobre 2018, article dans le journal grec "Rodiaki" : Un Français écrit à propos d’Alekos Panagoulis.

.

Le lundi 15 octobre 2018, de 16 heures à 18 heures, Denis Langlois est l’invité de l’émission Trous noirs sur Radio Libertaire.

.

Samedi 6 et dimanche 7 octobre 2018.

Participation au SALON DU LIVRE DU MANS, La 25e Heure du Livre, sur le stand de la Librairie Thuard.

Le dimanche 7 octobre, à 11 heures 30, au Foyer des artistes, débat : Mille et une facettes de Mai, avec Serge Bertin, Yves Bichet, Hervé Hamon et Denis Langlois. Débat animé par Jean-Philippe Melchior, maître de conférences de Le Mans Université.

.

Le 2 octobre 2018, Denis Langlois est l’invité sur France-Inter de l’émission "Affaires sensibles" de Fabrice Drouelle : Les colonels grecs : un printemps perdu et 7 ans de malheur.

.

JUILLET 2018

Publication dans Hommes et Libertés (revue trimestrielle de la Ligue des droits de l’homme) d’un article de Denis Langlois "Pour la LDH, une parenthèse "révolutionnaire", qui s’inscrit dans un dossier "68. La tectonique de mai". Me Langlois était en Mai 1968 le conseiller juridique de la Ligue des droits de l’homme.

.

VENDREDI 8 JUIN 2018
à partir de 9 heures,
dans la Collégiale de Hombourg-Haut (Moselle)
JOURNÉE DE RÉFLEXION "LA GUERRE ET LA PAIX",
à travers le livre " Le Déplacé " de Denis Langlois, qui concerne la guerre du Liban.
Présence de l’auteur.
Interventions du Père Samih Raad (prêtre libanais), de Richard Bance (médiateur), Firmin Steinmetz, Françoise Greff, Nadine Jung, Sylvain Teutsch, Norbert Ott, Paul Baillot et Jean-Marie Says.

À 20 heures, "Chantons pour la paix" avec le Chœur d’Hommes, lecture d’extraits du livre.

.

30 MAI 2018

VÉRITÉ HISTORIQUE ET VÉRITÉ JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE SEZNEC

"Libre-opinion" de Denis Langlois sur le Site CRIMINOCORPUS.

.

27 MAI 2018

Tribune de Denis Langlois dans LE JOURNAL DU DIMANCHE :

POUR LA VÉRITÉ DANS L’AFFAIRE SEZNEC.

.

8 MAI 2018

COMMENT PIERRE QUÉMENEUR A TROUVÉ LA MORT EN MAI 1923 À MORLAIX.

Pour la première fois, Denis Langlois donne connaissance de l’intégralité du témoignage que Petit-Guillaume Seznec, fils de Guillaume Seznec, a confié en janvier 1978 à son neveu Bernard Le Her. Une partie de ce témoignage a été publiée en 2015 dans le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" aujourd’hui provisoirement indisponible du fait de la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence.

L’essentiel de ce témoignage vient d’être confirmé le 6 mai 2018 sur "France 2" et dans "Le Télégramme" de Brest par deux des petits-fils de Guillaume Seznec : Jean-Yves et Gabriel Seznec.

13-15 avril 2018 ; Participation au Festival Le Livre à Metz dont le thème est "Libertés".

Les 13, 14 et 15 avril : Dédicaces sur le stand de la librairie Autour du Monde.

Le Dimanche 15 Avril de 13 h 30 à 14 h30
À l’Arsenal, Salle de l’Esplanade
LECTURE-DÉBAT sur MAI 68

Il y a 50 ans, les événements de Mai 68 secouaient la société, en France mais aussi dans nombre d’autres pays. Agitation temporaire ou profonds bouleversements ; à tous les niveaux et jusque dans les rapports hommes-femmes ou la relation au travail ? Que reste-t-il des idéaux de mai, cette "porte entrouverte" selon Léo Ferré ? Retour sur cette soif de libertés et sur nos facultés à nous révolter.

Lecture-débat avec Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018), Denis Langlois (Et si la révolution était possible ?, SCUP, 2018) et Yves Pagès (Encore heureux, L’Olivier, 2018)

Animée par Richard Bance.

.

25 janvier 2018. Pour marquer le 50e anniversaire de Mai 68, publication aux Éditions SCUP du nouveau livre de Denis Langlois : Et si la la révolution était possible.

.

À acheter chez votre libraire ou à commander aux Éditions SCUP.

.

Un Site consacré au livre vient d’être créé.

.

Le 3 février 2018, de 14 heures 30 à 18 heures 30, Denis Langlois présentera son livre "Et si la révolution était possible" à la SCOP Librairie Les Volcans de Clermont-Ferrand.

.

13 janvier 2018

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Trains hasardeux".

.

14 décembre 2017

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Automnes hasardeux".

.

5 décembre 2017

Important article d’Hervé Chambonnière sur l’Affaire Seznec dans Le Télégramme. L’ancienne maison de Seznec à Morlaix.

.

22 novembre 2017

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Voyages hasardeux".

.

15 novembre 2017

Traduction grecque du livre "Panagoulis, le sang de la Grèce" de Denis Langlois, avec une préface de Stathis Panagoulis, aux éditions Papazisis, 2017.

Publication en Grèce par les éditions Papazisis de la traduction du livre de Denis Langlois "Panagoulis, le sang de la Grèce", avec une préface de Stathis Panagoulis. Les traductrices sont Nektaria Thomadaki et Stella Charitopoulou.

.

Novembre 2017

Participation au numéro 23 de la revue en ligne Secousse, et plus spécialement à l’enquête : "La poésie est-elle réactionnaire ?" par un article intitulé "Réac !"

.

Octobre 2017

Participation au numéro 23 "Viv(r)e l’utopie !" de la revue bretonne Spered Gouez/L’esprit sauvage, animée par Marie-Josée Christien et éditée par Le Centre culturel breton EGIN.

.

Janvier 2017.

Janvier 2017. Le livre La Politique expliquée aux enfants (et aux autres) illustré par Plantu, était devenu introuvable. En cette année 2017 très politique, Denis Langlois a décidé de le remettre à jour et de l’offrir gratuitement aux lecteurs. On pourra trouver le texte en intégralité et les illustrations sur le site "la-politique-expliquée-aux-enfants.fr"

.

Depuis le 20 février 2017, il est également possible de se procurer le livre-papier correspondant. Un libraire-éditeur militant, SCUP, a pris l’initiative de proposer le livre à un prix modique (7 Euros pour 140 pages). Ceux qui sont intéressés peuvent s’adresser à leur libraire ou bien commander directement le livre aux éditions SCUP sur le site la-politique-expliquee-aux-enfants.fr/livre papier. (Le paiement est sécurisé.) Ils recevront très rapidement leur exemplaire.

.

- 

.

Précédent livre publié : "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (éditions de La Différence), février 2015.

.

Un Site spécialement consacré au livre a été ouvert : pour-en-finir-avec-l-affaire-seznec.fr.

- 

.

- Précédent ouvrage :, "LA MAISON DE MARIE BELLAND", roman publié par les éditions de la Différence.

Précisions en cliquant Ici.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

L’Ecritoire des Muses (19 juillet 2012). Elias Abou-Mansour

Denis Langlois, militant pacifiste et écologiste, dénonce dans Le Déplacé la violence des hommes et la guerre dévastatrice. L’incipit du récit présente le narrateur dans un état de scepticisme et de mélancolie. En effet, ce narrateur traverse une crise de doute, de valeurs. Il reste impuissant devant la perte de ses « illusions politiques ». Il vit donc dans l’incertitude et la confusion. C’est pourquoi il se confie au hasard. Le sort le ballote et le mène finalement au Liban où il est chargé d’une étrange mission : retrouver un homme nommé Elias Kassem disparu au cours de la guerre civile libanaise entre les Chrétiens et les Druzes dans les montagnes du Chouf.

Le Déplacé est un récit où la fiction se mêle à la réalité, où l’enquête, les analyses, les conséquences dramatiques de la guerre civile s’entremêlent à l’introspection personnelle et à la contemplation. Le narrateur présente Elias Kassem comme un être énigmatique, mystérieux : « Je ne suis même pas sûr qu’il vivait vraiment (…), sa vie est devenue encore plus secrète (…)  ».Il cherche à le connaître, à le sonder, à le découvrir. Elias devient alors l’interlocuteur du narrateur. Sans cesse, ce dernier l’interpelle. Le narrateur dialogue avec lui ou plus exactement monologue avec lui : « J’espère, Elias, qu’il en a été pareil pour toi, que tu n’avais pas de complexes de culpabilité. Ce serait dommage de donner ce plaisir aux va-t-en guerre ». Une intimité s’installe entre eux. Au fil des pages, le lecteur saisit la ressemblance entre le narrateur et Elias Kassem. Le narrateur est un objecteur de conscience. Il a refusé de faire son service militaire. De même, Elias Kassem a refusé de s’enrôler dans les milices dont il rejette la violence : « Elias, lui, il ne voulait pas se battre, il ne voulait pas prendre parti dans la boucherie (…) jamais il n’a voulu faire partie des milices (…) ». Le narrateur et Elias Kassem sont unis par une certaine affinité : ils sont tous deux pacifistes. Ils bannissent la guerre. Incompris, déçus, ils vivent dans la désillusion. Elias, le déplacé, n’est-il pas un prisme, un miroir du narrateur ? N’ont-ils pas la même vision du monde ? Le narrateur est-il en quête de lui-même ? N’est-il pas lui-même un déplacé ? En effet, le déplacé, Elias, est un homme désabusé, déçu de l’Etat, des hommes politiques, de la société. Il n’est jamais bien nulle part. Il reste éternellement supplicié. En outre, l’exode est un pénible arrachement. Cette plaie qui ne cicatrisera jamais produit en lui une grave et dure désillusion : « Vous cherchez un homme mort, Monsieur. Un homme qui n’existe plus. Un homme qui n’est revenu ici que pour disparaître. » Le déplacé veut comprendre le massacre des Chrétiens dans le Chouf. Les Chrétiens et les Druzes avaient pourtant évoqué le bonheur de vivre ensemble. Ils ont témoigné, maintes fois, du respect les uns pour les autres, des amitiés, (« Dans le village, les maisons étaient d’ailleurs mêlées. On célébrait certaines fêtes ensemble. On se rendait visite »), des émotions vives : « J’avais toujours eu de bons contacts avec les Druzes et j’étais persuadé qu’il ne se passerait rien. C’est pourquoi, lorsque la plupart des Chrétiens ont quitté le village, je ne les ai pas suivis ». Elias sombre donc dans la déception et le désenchantement. Peut-on parler de réconciliation sans évoquer le pardon ? Sans déterminer les responsabilités ? Echanger une rapide poignée de main entre le Patriarche maronite et Joumblatt, le chef des Druzes, est-ce la panacée politique, sociale et économique ? Les Libanais doivent participer à un travail de mémoire qui aboutira à la réconciliation et préparera un avenir sain, serein et constructif. Denis Langlois, en stigmatisant les massacres du Chouf, condamne toutes les horreurs, les exactions, tous les assassinats, bref, la guerre dans le monde : « Aucun massacre ne justifie un autre massacre. C’est sur les conséquences des affrontements que je me penche. Dans l’histoire, les guerres ont toujours provoqué des déplacements de populations ; mais aujourd’hui ce sont des millions de gens qui doivent fuir leur ville ou leur village, en Yougoslavie, en Afrique, en Palestine, au Liban ». Le narrateur désavoue la condescendance et la violence aveugle des milices. Assurément Dieu n’est pas un guerrier et n’a besoin ni de ses ouailles, ni des milices, pour le défendre. D’ailleurs, la solidarité organique (al’assabiya) des communautés religieuses, au Liban, est un signe d’archaïsme et de résurgence tribale. Le Libanais reste prisonnier de son passé communautaire. Les communautés religieuses cloisonnent la société. Ainsi, le Libanais est sujet de sa communauté. Il ignore la citoyenneté : « Les Libanais ne se sentent pas Libanais, mais Sunnites, Chiites, Druzes ou Chrétiens. C’est ce qui a rendu possible la guerre, c’est à cela qu’il faut porter remède. ». Son incivisme favorise la déliquescence de l’Etat libanais : « Mais surtout, je ne crois plus au Liban. Je considère que j’ai été lâché, abandonné par mon pays (…) Est-ce que le Liban existe en tant qu’Etat, en tant que Nation ? Pourquoi le peuple doit-il toujours être géré par des voleurs ? ».

Denis Langlois fustige la violence qui a détruit les personnes et la nature. « La guerre tue non seulement les êtres humains, mais aussi la nature ». A cause de la guerre, de nombreux villages ont été rasés. Avec les fermes et les récoltes, les souvenirs des paysans se sont envolés en fumée. Les champs des régions dévastées par la guerre sont désormais en friche. La violence de l’homme a défiguré la montagne dont la splendeur s’est éteinte. Jadis, la nuit, les montagnes scintillaient de lumière. Les phares des voitures les illuminaient comme des guirlandes sur un sapin de Noël. Actuellement, une épaisse et profonde obscurité couvre les villages. Le village, jadis lieu de vie et d’animation, est actuellement un espace mélancolique, désert. La vie a succombé devant l’absurde et la bêtise humaine. La guerre a été comme une tornade, une spirale de violence qui a entrainé l’homme dans un abyssal avilissement. Mais Elias Kassem n’a pas sombré dans cet opprobre. Il a rejeté l’épuration ethnique, la pensée unique, le monochrome politique, exclu le cloisonnement, le sectarisme. Le retour des déplacés est une concrétisation de l’unité du peuple et du pays. C’est un retour à la vie, une exhortation à l’espoir, au pardon et un rejet de la vengeance.

Denis Langlois, dans Le Déplacé, manifeste beaucoup d’humanisme. Son récit émouvant stigmatise la violence et la spirale de la destruction. Il s’agit d’un touchant plaidoyer pacifiste. Avec intelligence et en maestro, Denis Langlois scrute la vie rurale libanaise. Il décrit la montagne, ses hommes et leurs habitudes avec respect et amour, manifestant un certain humour lorsqu’il peint les personnages : « Toni conduit son taxi à la façon d’un char d’assaut et se taille d’autorité un passage » ou « La ville est sans feu rouge. Les conducteurs ne respectent pas la priorité ». Connaisseur de la société libanaise, il interprète la morphologie et le lexique des villages : « L’écrivain Maurice Barrès est passé dans le coin, et il a été impressionné par le nom du village : Fraidiss, « Petit paradis ».

Le Déplacé, ouvrage agréable à lire, porté par une écriture élégante, favorise la connaissance de la société libanaise. Il fait prendre conscience des maux de cette société au lecteur.

Elias ABOU-MANSOUR

lecritoiredesmuses.hautetfort.com/archive/2012/07/.../le-deplace.html


Répondre à cet article


Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire