AGENDA

JUILLET 2018

Publication dans Hommes et Libertés (revue trimestrielle de la Ligue des droits de l’homme) d’un article de Denis Langlois "Pour la LDH, une parenthèse "révolutionnaire", qui s’inscrit dans un dossier "68. La tectonique de mai". Me Langlois était en Mai 1968 le conseiller juridique de la Ligue des droits de l’homme.

.

VENDREDI 8 JUIN 2018
à partir de 9 heures,
dans la Collégiale de Hombourg-Haut (Moselle)
JOURNÉE DE RÉFLEXION "LA GUERRE ET LA PAIX",
à travers le livre " Le Déplacé " de Denis Langlois, qui concerne la guerre du Liban.
Présence de l’auteur.
Interventions du Père Samih Raad (prêtre libanais), de Richard Bance (médiateur), Firmin Steinmetz, Françoise Greff, Nadine Jung, Sylvain Teutsch, Norbert Ott, Paul Baillot et Jean-Marie Says.

À 20 heures, "Chantons pour la paix" avec le Chœur d’Hommes, lecture d’extraits du livre.

.

30 MAI 2018

VÉRITÉ HISTORIQUE ET VÉRITÉ JUDICIAIRE DANS L’AFFAIRE SEZNEC

"Libre-opinion" de Denis Langlois sur le Site CRIMINOCORPUS.

.

27 MAI 2018

Tribune de Denis Langlois dans LE JOURNAL DU DIMANCHE :

POUR LA VÉRITÉ DANS L’AFFAIRE SEZNEC.

.

8 MAI 2018

COMMENT PIERRE QUÉMENEUR A TROUVÉ LA MORT EN MAI 1923 À MORLAIX.

Pour la première fois, Denis Langlois donne connaissance de l’intégralité du témoignage que Petit-Guillaume Seznec, fils de Guillaume Seznec, a confié en janvier 1978 à son neveu Bernard Le Her. Une partie de ce témoignage a été publiée en 2015 dans le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" aujourd’hui provisoirement indisponible du fait de la mise en liquidation judiciaire des éditions de La Différence.

L’essentiel de ce témoignage vient d’être confirmé le 6 mai 2018 sur "France 2" et dans "Le Télégramme" de Brest par deux des petits-fils de Guillaume Seznec : Jean-Yves et Gabriel Seznec.

13-15 avril 2018 ; Participation au Festival Le Livre à Metz dont le thème est "Libertés".

Les 13, 14 et 15 avril : Dédicaces sur le stand de la librairie Autour du Monde.

Le Dimanche 15 Avril de 13 h 30 à 14 h30
À l’Arsenal, Salle de l’Esplanade
LECTURE-DÉBAT sur MAI 68

Il y a 50 ans, les événements de Mai 68 secouaient la société, en France mais aussi dans nombre d’autres pays. Agitation temporaire ou profonds bouleversements ; à tous les niveaux et jusque dans les rapports hommes-femmes ou la relation au travail ? Que reste-t-il des idéaux de mai, cette "porte entrouverte" selon Léo Ferré ? Retour sur cette soif de libertés et sur nos facultés à nous révolter.

Lecture-débat avec Ludivine Bantigny (1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018), Denis Langlois (Et si la révolution était possible ?, SCUP, 2018) et Yves Pagès (Encore heureux, L’Olivier, 2018)

Animée par Richard Bance.

.

25 janvier 2018. Pour marquer le 50e anniversaire de Mai 68, publication aux Éditions SCUP du nouveau livre de Denis Langlois : Et si la la révolution était possible

.

À acheter chez votre libraire ou à commander aux Éditions SCUP.

.

Un Site consacré au livre vient d’être créé.

.

Le 3 février 2018, de 14 heures 30 à 18 heures 30, Denis Langlois présentera son livre "Et si la révolution était possible" à la SCOP Librairie Les Volcans de Clermont-Ferrand.

.

13 janvier 2018

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Trains hasardeux".

.

14 décembre 2017

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Automnes hasardeux".

.

5 décembre 2017

Important article d’Hervé Chambonnière sur l’Affaire Seznec dans Le Télégramme. L’ancienne maison de Seznec à Morlaix.

.

22 novembre 2017

Publication dans le magazine en ligne 7 Jours à Clermont d’une chronique d’aphorismes : "Voyages hasardeux".

.

15 novembre 2017

Traduction grecque du livre "Panagoulis, le sang de la Grèce" de Denis Langlois, avec une préface de Stathis Panagoulis, aux éditions Papazisis, 2017.

Publication en Grèce par les éditions Papazisis de la traduction du livre de Denis Langlois "Panagoulis, le sang de la Grèce", avec une préface de Stathis Panagoulis. Les traductrices sont Nektaria Thomadaki et Stella Charitopoulou.

.

Novembre 2017

Participation au numéro 23 de la revue en ligne Secousse, et plus spécialement à l’enquête : "La poésie est-elle réactionnaire ?" par un article intitulé "Réac !"

.

Octobre 2017

Participation au numéro 23 "Viv(r)e l’utopie !" de la revue bretonne Spered Gouez/L’esprit sauvage, animée par Marie-Josée Christien et éditée par Le Centre culturel breton EGIN.

.

Janvier 2017.

Janvier 2017. Le livre La Politique expliquée aux enfants (et aux autres) illustré par Plantu, était devenu introuvable. En cette année 2017 très politique, Denis Langlois a décidé de le remettre à jour et de l’offrir gratuitement aux lecteurs. On pourra trouver le texte en intégralité et les illustrations sur le site "la-politique-expliquée-aux-enfants.fr"

.

Depuis le 20 février 2017, il est également possible de se procurer le livre-papier correspondant. Un libraire-éditeur militant, SCUP, a pris l’initiative de proposer le livre à un prix modique (7 Euros pour 140 pages). Ceux qui sont intéressés peuvent s’adresser à leur libraire ou bien commander directement le livre aux éditions SCUP sur le site la-politique-expliquee-aux-enfants.fr/livre papier. (Le paiement est sécurisé.) Ils recevront très rapidement leur exemplaire.

.

- 

.

Précédent livre publié : "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (éditions de La Différence), février 2015.

.

Un Site spécialement consacré au livre a été ouvert : pour-en-finir-avec-l-affaire-seznec.fr.

- 

.

- Précédent ouvrage :, "LA MAISON DE MARIE BELLAND", roman publié par les éditions de la Différence.

Précisions en cliquant Ici.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

Photos et Histoire de Cronce

Un exemple de petit village de la Haute-Loire

.

On trouvera ici de nombreuses photos de Cronce (Haute-Loire), petit village de la Margeride, qui fait partie du canton de Pinols, ainsi que certaines indications historiques.

Cronce (Haute-Loire).

L’origine du nom de Cronce vient du gaulois Croso qui veut dire creux ou vallée encaissée. Le premier texte connu qui en 942 parle de Cronce utilise le nom gallo-romain de Crosancia qui signifie effectivement creux.En 1213, on trouve l’orthographe Crosanza et en 1379 Croance.

La rivière qui traverse le village s’appelle aussi la Cronce. Elle prend naissance dans le massif de la Margeride avec notamment pour affluents le Cronçoux et le Chalons et se jette dans l’Allier à Aubazat. C’est une rivière réputée pour ses truites et ses écrevisses, même si elles se font de plus en plus rares.

Géographiquement, Cronce est située entre Langeac et Saint-Flour, sur les premiers contreforts du massif granitique de la Margeride.

Historiquement, elle a fait partie du Comté d’Auvergne intégré progressivement au royaume de France. Catholique, sa vallée a été pillée plusieurs fois par les troupes protestantes très présentes dans la région au XVIe siècle.

On y parlait l’occitan, langue pratiquée encore par quelques habitants.

C’est le pays de la bête du Gévaudan, même si le village de Cronce n’a pas été directement atteint. (Sur le territoire de l’actuel canton de Pinols on a déploré une vingtaine de victimes à la fin du XVIIIe siècle.)

Pendant la Seconde guerre mondiale, certains des habitants de Cronce ont participé au maquis du Mont-Mouchet, alors qu’un chantier de jeunesse était implanté par les autorités dans le village.
.

Cronce (Haute-Loire).

Carte postale du début du XXe siècle.

.

Carte de Cassini (1744). Cronce fait alors partie de la province d’Auvergne incluse dans le royaume de France.

.

Étude sur Cronce rédigée par Jean Merley (Avant la Révolution de 1789, les conditions de vie étaient particulièrement difficiles, du fait du relief et du climat, mais surtout en raison des taxes excessives perçues par le seigneur du Gilbertés, propriétaire de l’essentiel des terres.)

.

À la Révolution, le comte du Gilbertés est déchu, son château est vendu comme bien national. Cronce se trouve inclus dans le département de la Haute-Loire.

.

En 1821, un grave conflit ( On parle de "duel dans la neige" !) oppose les communes de Cronce (Haute-Loire) et Chazelles (Cantal) en ce qui concerne la délimitation de leur territoire. Ce sont les tribunaux qui tranchent et c’est ce qui explique sans doute l’aspect dentelé de la carte à cet endroit.
.

Au milieu du XIXe siècle, Cronce subit plusieurs crues dévastatrices de la rivière Cronce qui traverse le bourg. Les dégâts sont considérables. On déplore des morts.

.


Plan ancien de la commune de Cronce. (Est-ce celui dressé en 1885 par M. Couret, instituteur ?) Des chemins non carrossables permettaient de se rendre du bourg de Cronce aux hameaux de Lynard, Montmouret, La Bastide et Le Gilbertés. Ces chemins ont en grande partie disparu, sauf celui du Gilbertés dont le tracé a été modifié et remplacé par une route goudronnée.

.

. La population atteint en 1836 le maximum de 625 habitants. Par la suite, le déclin est régulier, 570 en 1866 (114 maisons, 47 chevaux ou ânes, 374 vaches, 450 moutons, 176 chèvres et 85 porcs), 450 habitants en 1880 et 350 après la guerre de 14-18. Aujourd’hui, il n’y a plus que 90 habitants qui vivent principalement sur les plateaux à Lestigeolet et Les Granges.

On peut lire à ce sujet le résultat d’une étude de 2011 : L’abandon de la vallée de la Cronce.
.

Sur le plan scolaire, dans les années 1900, il y a sur la commune de Cronce trois écoles primaires : une dans le bourg, une au Gilbertés-Les Granges et une troisième à Lestigeolet. Aujourd’hui, il n’y a plus d’école, seulement un ramassage scolaire pour se rendre à l’école de Pinols ou au collège de Langeac.

.

La mairie a été maintenue dans le bourg, à proximité de l’église et du monument au morts. Le maire actuel est Mme Gisèle Raspail.

.

Depuis le 1er janvier 2017, Cronce fait partie de la Communauté de communes des Rives du Haut-Allier dont le siège se trouve à Langeac.

.



Carte postale des années 1980-90 diffusée par M. et Mme Autin, épiciers à Chastel, village voisin de Cronce. L’une des quatre photos représente le bourg de Cronce.

.

Cronce (Haute-Loire).
Ancienne photo du bourg de Cronce (milieu du XXe siècle). Sur la gauche, la ferme des Costet. En haut, à droite, la ferme de la famille Chaume surmontée par le rocher du "Château". L’école primaire, à côté de l’église, est alors encore en activité. Il existe deux cafés, une agence postale, une épicerie, un charron et un sabotier.

.

Dans le passé, Cronce était réputée pour ses vergers de pommes et de poires, on y trouvait aussi beaucoup de noyers. Le pressoir du moulin de l’Archer fournissait de l’huile. Au moment où le phylloxéra ravageait les vignobles du Midi, on a cultivé également des vignes, essentiellement du baco noir, sur les versants les mieux exposés. Aujourd’hui, les vignes devenues sauvages courent dans les collines.

À la fin du XXe siècle, s’est installé au-dessus du village un élevage de sangliers.

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).

Église romane Saint-Roch du XI-XIIe siècle avec son clocher à peigne qui comporte trois cloches dont la plus récente a pour marraine Josette Mamet, qui fut longtemps secrétaire de la mairie.
Au cours des siècles, l’église a fait l’objet de plusieurs restaurations ou reconstructions partielles. Les trois dernières ont été effectuées en 1864 "parce que les cloches du clocher ne tournoyaient plus depuis longtemps" ; en 1896, car le curé se plaignait de dire la messe "à ciel ouvert" (On en a profité pour agrandir la nef, mais poser sur le toit des tuiles plates à la place des lauzes d’origine, ce qui n’a pas satisfait certains conseillers municipaux) et en 2006 où les tuiles ont été encore changées et la grande croix de pierre recouverte de cuivre.

.


Le four à pain communal situé derrière la mairie a été lui aussi restauré en 2006.

.

Autre four à pain en ruines.

.


Le pont roman en dos d’âne qui traverse la Cronce dans le bourg.

.


Projet du monument aux morts de Cronce réalisé en marbre blanc de Carrare par le sculpteur Jean Merignargues, originaire de Narbonne, en 1923-1924. (Archives de la Haute-Loire).

.

Photo des années 1960. Un attelage chargé de foin franchit le pont qui enjambe la rivière la Cronce. A l’arrière-plan, sur la gauche, on remarque l’agence postale qui était alors tenue par M. Costet. La maison sur la droite a été démolie récemment. (Photo Collection Seguy).

.

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).

.


Le "haut" du bourg de Cronce. De gauche à droite : Chassant, les fermes Chaume et Froment, le rocher de l’ancien Castrum et "Le Château".

.

Le hameau de Chassant (deux maisons) sur la route du col du Gilbertés (altitude1005 mètres) long de 4 kilomètres avec un pourcentage maximal de 17 %, recherché par les cyclistes.
.

Cronce (Haute-Loire)
Ruines d’une des tours d’angle de l’ancien château du Gilbertés ( ou Gilbertez ) situé à 2 kilomètres environ du bourg de Cronce. ( Un premier castrum avait été construit sur une hauteur au-dessus du village, au lieu-dit "Le Château".)
Le château du Gilbertés, bâti au XIIe siècle, a été la propriété de la famille des Blau, seigneurs réputés pour pressurer les habitants de Cronce pourtant déjà fort pauvres. À la Révolution, le comte Pierre-Annet du Gilbertés, ayant préféré s’éclipser, les habitants démantelèrent la plus grande partie du château pour réutiliser les pierres. Il ne reste plus que les vestiges de cette tour où l’on remarque un blason (un bouclier tenu par deux lions).
(Le château du Gilbertés, bâti à près de 1000 mètres d’altitude, était considéré comme ayant un intérêt militaire, il communiquait à vue avec les hauteurs de Montmouret où l’on devine encore les traces de la forteresse des Mercoeur.)

Une carte postale du début du XXe siècle montre qu’il existait alors sur la gauche un autre vestige, une partie du donjon carré, aujourd’hui disparu.

.

Emplacement de l’ancien castrum au-dessus du village. On remarque le sommet arasé du rocher.

.

Cronce (Haute-Loire).
Ancienne maison Testud au lieu-dit "Le Château".

.

Autre maison en ruines.


Le chevrier de Cronce (Carte postale du début du XXe siècle. Collection Seguy).

Traite des vaches (Collection Seguy)

Vaches d’aujourd’hui.


Chats de Cronce.


Cronce (Haute-Loire).

Croix de Cronce, au dessus de la vallée de la Cronce et du village, sur la route des Crêtes qui mène notamment à Linard et Chazelles.

.

Cronce (Haute-Loire).
Le Cronçoux, affluent de la Cronce.
.

Pont sur le Cronçoux.

.


Entrée de Cronce en venant de Chastel et Saint-Flour (Cantal).

.


Le village de Lestigeollet (à 1000 mètres d’altitude) où se trouve aujourd’hui la plus grande partie des habitants de la commune de Cronce. Curiosité du lieu intéressant les spécialistes : un menhir.

Autre roche remarquable au-dessus de la route de Chazelles.


Hirondelles se réunissant en automne pour partir vers des pays plus chauds.

.
Cronce (Haute-Loire).
La vallée du Cronçoux en hiver.


Cronce (Haute-Loire).
Le bourg de Cronce sous la neige.

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).

Cronce (Haute-Loire).
La Cronce en hiver vue du pont en dos d’âne dans le village.


La Cronce à un autre endroit du bourg.

.

Les Fêtes de Cronce

Dans les années 2003-2006, à l’initiative d’un couple d’écrivains, Denis Langlois et Chantal Dupuy-Dunier, qui vécurent une douzaine d’années à Cronce, furent organisées différentes fêtes. En 2003, dans l’église remplie au-delà de ses possibilités, eut lieu un spectacle poésie-musique dans le cadre du Printemps des Poètes. En 2004, une Fête du Livre réunit 500 personnes dans l’ancienne école et dans l’église. Pendant trois ans, de 2004 à 2006, la Fête patronale du mois d’août, abandonnée depuis longtemps, retrouva vie avec de la musique, des danses, des lectures, des expositions de peinture et un repas convivial réunissant une centaine de personnes.
























- 

La centenaire de Cronce, Germaine Guendon, fêtée en janvier 2005.

.

.

On peut retrouver Cronce dans le roman de Denis Langlois "La Maison de Marie Belland" (Éditions de La Différence) dont l’intrigue se déroule dans ce village. Un extrait peut être lu, de même que des articles de presse concernant le livre.

.

La poétesse Chantal Dupuy-Dunier a également écrit deux livres sur Cronce : "Creusement de Cronce" (Éditions Voix d’encre) et "Pluie et neige sur Cronce Miracle" (Éditions Les Lieux Dits).

.

* N’hésitez pas à nous faire parvenir d’autres photos de Cronce et des renseignements historiques sur cette commune en nous joignant à la Rubrique Écrivez-nous.

.


2 Messages


Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire