AGENDA

20 janvier 2022 : Parution de La Politique expliquée aux enfants de Denis Langlois, illustrée par Plantu. (Editions La Déviation)
Édition spéciale 1983-2022.

Les 21 et 22 Mai 2022, Denis Langlois sera au Salon du Livre Jeunesse de Cournon (Puy-de-Dôme).

Avril 2021. "Le Voyage de Nerval" (Gérard de Nerval au Liban), récit de Denis Langlois, est paru le 15 avril 2021 aux éditions de La Déviation.

.

Mai 2020 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (La Différence) de Denis Langlois (avec un cahier-photos de 16 pages) à nouveau disponible en librairie.

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de "Panagoulis, le sang de la Grèce" de Denis Langlois.
Celui-ci, alors avocat de la Ligue des droits de l’homme, a suivi en novembre 1968 en tant qu’observateur judiciaire le procès d’Alekos Panagoulis, jeune militant démocrate, qui fut condamné à mort pour avoir tenté d’assassiner le colonel Papadopoulos qui dirigeait ce qu’on a appelé la "dictature des colonels".

Le 13 août 1968, il avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur.

Le procès eut un retentissement mondial. Face aux protestations, les militaires grecs renoncèrent à exécuter Panagoulis. Il fut torturé et gardé cinq ans dans un cachot construit spécialement pour lui d’où il parvint cependant à faire passer à l’extérieur des poèmes remplis d’espoir.

Son courage lors de son procès et de son emprisonnement émurent l’opinion. Il devint un symbole : celui de la lutte du peuple grec contre la dictature. Le héros tragique qui, au péril de sa propre vie, essaye de tuer le tyran.

Panagoulis, élu député à la chute de la dictature, est mort le 1er mai 1976, victime d’un accident de voiture demeuré suspect. Ses obsèques réunirent un demi-million de Grecs.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

Extraits de "La Maison de Marie Belland"

Premières pages de "La Maison de Marie Belland"
(Cliquez sur le logo du PDF Éditeur) :

- 

.

Autre extrait :

« Le petit Coutarel était l’un des quatre ou cinq gamins qui restaient encore au village. On savait qu’il se prénommait Mathias, mais il ne serait jamais venu à l’idée de personne de l’appeler autrement que le petit Coutarel. Un gosse un peu particulier. Une dizaine d’années, fils d’un couple d’agriculteurs qui ne s’occupaient guère de lui sauf pour le charger de diverses corvées. Afin d’échapper à ces corvées, il avait pris l’habitude de traîner dans les bois. Les autres gosses, après l’école et le car de ramassage, rentraient directement à la maison s’affaler devant le poste de télé. Lui, parcourait les chemins au-dessus et en dessous du village. Toujours seul, curieux de tout, furetant à droite et à gauche, rapportant une plante bizarre, un morceau de bois biscornu, une plume de pic-vert, une poignée de châtaignes.

L’une de ses promenades préférées, certainement pour montrer que, lui, il n’avait pas la trouille, était précisément la route qui s’enfonçait dans les bois et montait vers le Gilberté.

Pas d’école ce jour-là. En début d’après-midi, il décida d’y aller faire un tour. Après avoir laissé derrière lui la maison bleue du Luxembourgeois, il s’engagea résolument sous la voûte des arbres. On était à la mi-septembre, les arbres roussissaient, quelques feuilles étaient tombées. Il en ramassa une de hêtre avec des nervures curieuses, presque rouges, et continua son chemin, la tête baissée pour voir s’il n’en trouvait pas d’autres. Soudain, au-dessus de la route, dans un buisson, trouant la masse verte, il aperçut un objet blanc. Il commença à escalader le talus, puis s’arrêta. Il venait de se rendre compte qu’il était juste en face de l’endroit où l’on pensait que pouvait se trouver la maison de Marie Belland, c’est-à-dire celle des écrivains-sculpteurs. »

.

Présentation du livre

Articles concernant "La Maison de Marie Belland"

Photos de Cronce

.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire