AGENDA

Samedi 4 et Dimanche 5 octobre 2014, au Théâtre du Casino de ROYAT (Puy-de-Dôme), participation au Salon du Livre de Royat-Chamalières.
.

Du vendredi 21 au dimanche 23 novembre 2014 au Centre Pierre de Coubertin, participation au Salon du Livre du Touquet-Paris Plage.

Dernier ouvrage édité, "LA MAISON DE MARIE BELLAND", roman publié par les éditions de la Différence.

Précisions en cliquant Ici.

.

AFFAIRE SEZNEC.

1er avril 2013. Denis Langlois, qui fut pendant 14 ans l’avocat de la famille Seznec, met à la disposition des internautes une partie de ses archives personnelles.

Cliquez Ici.

.

ARCHIVES MILITANTES.

1er novembre 2013. Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

"Le Déplacé" (Editions de l’Aube)

récit autobiographique paru aux éditions de l’Aube en 2012.

.
Un avocat français, militant révolutionnaire déçu, est chargé d’une étrange mission au Liban. Il s’agit de retrouver la trace d’un nommé Elias Kassem qui a disparu au cours de la guerre du Liban, lors des affrontements entre Druzes et Chrétiens.

Le silence, la gêne de ses interlocuteurs, les obstacles rencontrés, lui font vite comprendre que cette disparition – ce « déplacement » – est beaucoup plus mystérieuse qu’il n’y paraît.

D’un monastère au-dessus de la baie de Jounieh jusqu’aux montagnes du Chouf (le village tragique de Maasser-el-Chouf), en passant par un Beyrouth en reconstruction, il découvrira la réalité de la guerre, ses atrocités et la difficulté pour les différentes communautés à revivre ensemble après s’être massacré entre voisins.

Récit contre la guerre porté par une belle écriture, ce livre est aussi une quête initiatique. Comment ne pas être un déplacé dans une société tragique où l’être humain a si peu d’importance ?


Premiers chapitres


Extraits du livre. Chapitre 1

.
Même s’il était un peu brouillon, mon père aimait les dates exactes. Il est mort le 1er janvier 1995. C’est le premier cadavre que j’ai vu et touché. Il m’a fallu attendre 55 ans pour faire cette expérience dans une petite morgue de la région parisienne. On m’a demandé si je voulais le voir une dernière fois, avant qu’on ne le mette en bière. « Non ! » a crié derrière moi l’un de mes frères sur un ton terrifié. C’est ce ton terrifié qui m’a poussé à le contredire en répondant « Oui ». Je l’aurais fait de (...)

lire la suite

Chapitre 2

.
Juin 1998. Par désœuvrement j’assiste dans une salle du Sénat à un colloque sur le Moyen-Orient. À la tribune tendue comme il se doit de vert, les orateurs se succèdent : tous des représentants officiels de gouvernements et je sens vite l’ennui me gagner.
Profitant d’une suspension de séance, je sors pour m’installer dans un petit salon, un verre de jus d’orange à la main. Je regarde par la fenêtre les arbres du jardin du Luxembourg, quand une femme s’approche de moi. Assez rande, la soixantaine, (...)

lire la suite

Chapitre 3

10 juin 1998, Beyrouth. La ville est un immense chantier. Rien d’étonnant après une guerre de quinze ans. Mais la reconstruction n’est pas à l’échelle humaine. On creuse partout de gigantesques trous dans la terre jaune ou rouge, on démolit de vieilles maisons délabrées aux façades noircies criblées d’éclats d’obus, on fait jaillir à leur place des immeubles de vingt étages. Les quelques palmiers qui subsistent en paraissent ridicules. Les minarets des mosquées et les clochers des églises sont écrasés.
En (...)

lire la suite

Chapitre 4

Le lendemain matin, aussitôt après le petit-déjeuner,je me dirige vers la porte d’entrée du couvent. Je salue le concierge indien et me retrouve dans la cour dallée.
Surtout ne pas me précipiter en direction de Fatka,marcher au contraire d’un pas tranquille, comme si j’allais faire une simple balade, regarder le couvent avec un peu de recul. La chapelle moderne et sa flèche ont toujours beaucoup d’allure, mais les murs de la forteresse qui les entourent sont toujours aussi hideux. Tout dans le coin (...)

lire la suite

Documents concernant Le Déplacé

The Independent
Five hours of hate town can’t forget
En octobre 1995, le journaliste anglais Robert Fisk (Prix Amnesty International 2000) a publié dans "The Independent" un article sur le massacre de Maasser-ech-Chouf.
http://www.independent.co.uk/news/world/five-hours-of-hate-town-cant-forget-1579979.html
You Tube
Masser El Chouf Massacre September 9 1983
The Cedar of Maaser
Deux vidéos mises en ligne en 2009 et 2010 concernent le massacre du 9 septembre 1983.
La première en langue (...)

lire la suite

Témoignage du Père Samih RAAD, ancien curé de Maasser-el-Chouf (22 février 2012)

Le « déplacé » ! Un mot qui m’a collé à la peau pendant 21 ans. Vingt-et-une longues années, de 1976 à 1997. Si je comprends très bien le sens de ce terme, si j’en comprends d’autant mieux l’essence, la signification profonde, excusez-moi, c’est parce qu’il ne s’agit ni d’un adjectif, ni d’un titre mais bien d’un état que Me Langlois a réussi à décrire tout au long de sa nouvelle œuvre « Le Déplacé ».
Me Langlois est parvenu à entrer dans le noyau de la problématique libanaise. Il a parfaitement appréhendé la (...)

lire la suite

Salon du Livre francophone de Beyrouth 2012

Denis Langlois et sa femme, la poétesse Chantal Dupuy-Dunier, invités au Salon du Livre de Beyrouth 2012.
.
Conférence-débat sur le thème "La littérature comme exercice de mémoire". A la tribune : Jacques-Marie Bourget, Ziad Majed, Denis Langlois et Alain Ménargues.
.
.
Signature du livre "Le Déplacé" sur le stand de la Librairie El Bourj.
.
Signature aux côtés de Pierre Assouline.
.
Salon du livre de Beyrouth 2012 : Fouad Salha, Denis Langlois, le Docteur Ramzi Abou Chacra et (...)

lire la suite

Beyrouth 2012

.
Beyrouth 2012. Quartier de Ain Al Mreissé.
.
Beyrouth. Quartier de Ain Al Mraissé.
.
Beyrouth 2012.
.
Mosquée de Ain Al Mreissé.
.
Monument à la mémoire du colonel Nasser.
.
Beyrouth 2012. Corniche du bord de mer.
.
Corniche de Beyrouth.
.
Denis Langlois sur la corniche de Beyrouth, octobre 2012.
.
Rochers au bord de la corniche de Beyrouth.
.
Petit port de pêche. Quartier de Ain Al Mreissé.
.
Beyrouth 2012. Pêcheurs.
.
Beyrouth 2012. Pêcheurs sur la corniche.
.
Le célèbre (...)

lire la suite

La guerre est-elle inhérente à la nature humaine ? (Forum du site "Critiques Libres" à propos du livre "Le Déplacé" de Denis Langlois concernant la guerre du Liban.)


Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire