1. AGENDA

20 janvier 2022 : Parution de La Politique expliquée aux enfants de Denis Langlois, illustrée par Plantu. (Editions La Déviation)
Édition spéciale 1983-2022.

Avril 2021. "Le Voyage de Nerval" (Gérard de Nerval au Liban), récit de Denis Langlois, est paru le 15 avril 2021 aux éditions de La Déviation.

.

Mai 2020 : Le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec" (La Différence) de Denis Langlois (avec un cahier-photos de 16 pages) à nouveau disponible en librairie.

24 septembre 2019

Les Éditions de La Différence publient "L’Affaire Saint-Aubin" de Denis Langlois, avec un cahier-photos de 16 pages.

Le 25 octobre 2018, les éditions SCUP-La Déviation publient une nouvelle édition complétée et illustrée de "Panagoulis, le sang de la Grèce" de Denis Langlois.

.

ARCHIVES MILITANTES.

Nouvelles rubriques sur le site :

*La Ligue des droits de l’homme (1967-1971).

*La Fédération internationale des droits de l’homme (1968-1970).

*Les luttes militantes pour l’autodétermination du Pays Basque (1984-1997).

*La guerre dans l’ex-Yougoslavie (1991-1994).

Affaire Roger Grangé dite "des policiers de Bordeaux".

En février 1946, Roger Grangé, un petit brocanteur de la rue Roquelaure à Bordeaux, est interrogé au Commissariat de la rue Victoire-Américaine. Il en ressort sur une civière dans un état comateux. Il décédera le lendemain à l’hôpital. Un commissaire et deux inspecteurs défendus par Me René Floriot sont inculpés. Ce n’est que huit ans plus tard, en avril 1954, qu’ils furent jugés par la Cour d’Assises de Bordeaux et acquittés. Ce verdict suscita une indignation à peu près générale dans la presse, notamment sous la plume de Jean-Marc Théolleyre, Madeleine Jacob, Irène Allier, Roger Stéphane, Pierre Scize ou Morvan Lebesque. Des personnalités comme Me Maurice Garçon de l’Académie française, les écrivains François Mauriac et Gilbert Cesbron exprimèrent leurs vives protestations. (Quarante pages des "Dossiers noirs" sont consacrées à cette affaire.)

En 1971, Marcel Carné réalisa un film "Les Assassins de l’Ordre", à partir d’un roman de Jean Laborde qui reprenait les grandes lignes de cette affaire, mais donnait au juge d’instruction incarné par Jacques Brel un rôle "héroïque" qu’il n’avait pas eu dans la réalité, puisqu’il avait prononcé un non-lieu en faveur des policiers, inculpés finalement par la chambre d’accusation, puis acquittés par la Cour d’assises de Bordeaux.)


Article de Me Maurice Garçon, "Le Monde", 4 mai 1954.

Affiche du film "Les Assassins de l’ordre" de Marcel Carné, avec Jacques Brel dans le rôle principal du juge d’instruction, Michael Lonsdale, le commissaire et Charles Denner, l’avocat des policiers.

Tournage des "Assassins de l’Ordre" : Catherine Rouvel, Roland Lesaffre et Marcel Carné.

* En avril 1971, Marcel Carné fit part à Denis Langlois de son regret de n’avoir pu, en raison du refus de Jacques Brel d’incarner un personnage "négatif", porter à l’écran la version exacte de l’affaire des policiers de Bordeaux.



Site réalisé avec Spip | Espace privé | Editeur | Nous écrire